Chemin

Marathon de Valence, le 1er décembre 2019 - Espagne

Valence2019 Decor

 

Faites un marathon ! Tous ceux qui ont eu la motivation de se lancer sur cette distance vous le diront : il s'agit d'une expérience marquante, un monument sportif à franchir, un dépassement de soi même et surtout une aventure humaine à partager. Par contre, n'en parler pas de suite aux participants du dernier marathon de Valence, ils vous diront "plus jamais ça" en vous parlant de courbatures, crampes et douleurs ! Mais rassurez vous, dans quelques jours (ou semaines), ils se demanderont "On le fait où, le prochain marathon" ? Voici le retour sur ces quelques jours en bord de mer espagnole, 5 ans après la première participation groupée de l'USVA à ce marathon...

 

Vendredi 29/11

Valence2019 AvionUne belle délégation de l'USVA s'est rendue à Valence, avec des départs différés de différents aéroports du Nord de la France et de Belgique. Du voyage, nous avions la Famille Kedziora (Laurent, Nam, Stanislas et Benjamin), Isabelle et Franck Meurisse, Stéphane Bornat, Céline Vilquin, Samuel Caron, Philippe Thorel, José Fernandes Da Costa, Eric Leclercq, Elodie Guillou, Pascal Carcopino et Valérie Schryve, Florence et Rémi Gentilini, Marie-Jeanne et Cyril Elslander, Marc et Christine Maliar, Emilie Turpain et Cyril Audras. Premier choc en sortant de l'avion : plus de ciel gris et températures proches de zéro, place à un azur uni et plus de 15 degrés (jusqu'à 25°C durant le week-end)... De quoi faire de belles photos à envoyer à nos camarades restés dans le Nord, qui ont bien du nous maudire !

Valence2019 Resto2Les premiers arrivants ont eu le temps d'aller chercher leur dossard et parcourir les quelques stands du marathon expo, ce qui leur a permis de découvrir le site de la Cité des Arts et des Sciences, où a lieu le départ et l'arrivée de la course. Ce site est un des gros atouts de cette compétition, avec ses bâtiments futuristes, majestueux, reposant autour de bassins d'eau. Que ce soit la nuit, éclairé des mille lumières, ou de jour, avec les reflets du soleil, le lieu en impose et donne une grandeur supplémentaire à l'arrivée d'un marathon, événement déjà bien chargé émotionnellement.

Le soir, un petit groupe se retrouve dans un restaurant italien afin de partager le premier plat de pâtes espagnol. Nous avons découvert la "célérité" des restaurateurs locaux : il ne fallait pas être pressé pour avaler notre dose de glucide (ou une pizza bien garnie pour nos accompagnatrices, peu gênées de faire envie aux coureurs !). Puis direction nos différents logements, hôtels ou appartements, afin de se remettre du voyage.

 

Samedi 30/11

Valence2019 FootingAu grand désespoir de celui qui a passé le cap des 38 ans la veille (Cyril E, qui a néanmoins réussi à négocier 15 min de sommeil en plus), les plus courageux se sont donnés rendez vous à 7h45 pour le traditionnel footing de veille de course. Quelques kilomètres en groupe autour de la Cité des Arts et des Sciences, toujours sous le soleil avec des températures estivales (pour nous, nordistes français, pas pour les locaux qui étaient en doudoune). Nous avons croisé les futures vainqueurs (voisins de chambrée de la famille Kedziora), qui faisaient leur footing au rythme auquel les meilleurs marathoniens du club ont fait leur course.

Valence2019 ExpoAprès un petit déjeuner un peu frustrant pour les marathoniens (qui ne peuvent profiter des buffets gargantuesques des hôtels), place au tourisme ! Pendant que Laurent cherchait le Parc Guell et la Sagrada Familia, direction le centre historique de la ville pour les autres (ou le marathon expo pour ceux arrivés trop tard pour récupérer leur dossard la veille), en passant notamment par les Jardins du Turia (10 km de long !), magnifique terrain de jeu des coureurs valenciens et où Cyril E a pu s'improviser photographe puis observer attentivement le physique les gammes d'une athlète locale.

Quel contraste avec la Cité des Arts et des Sciences ! Nous nous retrouvons au milieu de bâtiments du XIIème siècle, des locaux en tenue traditionnelle et une foule de touristes déambulant entre les murs anciens et les boutiques où sont vendus les traditionnels bibelots mais également les spécialités culinaires locales... Une torture pour les athlètes, notamment lors de la traversée du Marché Central, une immense (et magnifique) halle accueillant d’innombrables stands de charcuterie et fruits (entre autres). Mais heureusement, l'heure du repas est vite arrivée et une partie du groupe s'est retrouvée par hasard au restaurant où les marathoniens avait pris leur repas de veille de course, en 2014.

Valence2019 Resto1Les plats (toujours servi avec aussi peu de hâte) sont à peine avalés que les tables sont reprises par un autre groupe de l'USVA venant d'arriver en ville après avoir passé la matinée au Marathon Expo. Nos athlètes se séparent ensuite en fonction des envies de chacun, certains rentrent se reposer tandis que d'autres vont se balader sur la plage avant d'être contraints et forcés par Cyril A. de faire un détour de quelques mètres par les rues ayant accueilli le Grand Prix d'Europe de Formule 1, il y a quelques années, le long du port.

Mais au soir, tout le monde parvient à se retrouver. Sous l'impulsion de Laurent, nous le rejoignons à son hôtel qui proposait des plats de pâtes au prix défiant toute concurrence. Mais malheureusement, qui dit prix bas dit souvent qualité faible ! Et ce principe s'est malheureusement vérifié... Pâtes froides et/ou trop cuites, service (très) lent, erreur de commande, le dernier repas avant la course n'a pas été d'un grand plaisir pour le ventre ! Mais chacun a pu malgré tout manger suffisamment pour partir ensuite se reposer en vue de l'épreuve du lendemain...

 

Dimanche 1/12

Un peu avant 6h du matin, les salles à manger des hôtels se remplissent rapidement d'étranges personnes aux habits multicolores et yeux un peu dans le vague, se contentant essentiellement de piocher sur une partie du buffet, délaissant les mets un peu trop gras et peu propices aux pratiques sportives... Le réveil est un peu difficile, surtout qu'il est parfois difficile de trouver le sommeil la veille d'un tel événement.

Pendant que les athlètes préparent minutieusement leur tenue et font la course dans leur tête, nos accompagnateurs peaufinent leur plan d'action. Le parcours, qui sillonne la ville, va permettre à ces derniers de voir facilement les coureurs plusieurs fois durant la course. Aidés de l'application officielle du marathon pour suivre en direct les temps de passage des coureurs, nous avons vu certains d'entre eux jusqu'à 5 fois sur les 42,195 km ! Un support bienvenu, nécessaire même, pour donner le meilleur de soi-même. Un grand merci donc à toutes nos accompagnatrices : Émilie, Marie-Jeanne, Valérie, Isabelle, Nam et Florence, qui, même si elle était inscrite au Marathon, n'a pas pu prendre le départ pour cause de blessures. Situation difficile mais ce n'est que partie remise, Florence ! Nous pouvons également associer à ces supporters Rose Palud, qui a participé au 10 km, et Anne-Sophie Flahaut, qui a du malheureusement abandonné en cours de marathon.

Valence2019 DepartAvant de parler des résultats, parlons un peu du parcours. Plus de 22000 coureurs au départ du marathon (21225 à l'arrivée), cela fait du monde. Les différents sas partent à des horaires différents, de 8h30 à 9h, du Pont de Montolivet, au milieu de la Cité des Arts et des Sciences. La première partie de course emmène les coureurs vers l'Université puis sur de longs boulevards un peu à l'extérieur de la ville. Des décors pas forcément attractifs mais une partie très roulante, parfaite pour prendre un bon rythme. Une fois le semi-marathon passé, les choses se compliquent un peu. Des faux plats montants apparaissent et surtout, le vent fait face aux coureurs. Conjugués avec la fatigue qui s'accumule, les jambes se durcissent et les pas deviennent de plus en plus difficiles. Les coureurs traversent la vieille ville et ses bâtiments historiques mais n'ont plus toujours la tête à apprécier le décor, même si les derniers kilomètres finissent en léger dénivelé négatif. A l'approche de l'arrivée, une courte et raide pente descendante (et pavée) ramènent les marathoniens au milieu de la Cité des Arts et des Sciences, qui finissent leur épreuve sur une ligne droite aménagée au dessus d'un bassin d'eau. Un cadre magnifique à la hauteur de l'effort d'un marathon !

Dans le sas numéro 3, on retrouvait les deux Cyril, Cyril Elslander et Cyril Audras. Ils tombent par hasard, au milieu du sas sur un troisième Cyril, un belge qui se présente comme un ami de Clément Campini et Marc Maliar. Normal, il vend de la bière ! Les trois Cyril débutent la course ensemble, sur un bon rythme. Après avoir franchi le semi-marathon en un peu plus de 1h20, Cyril A se détache des deux autres. Il parvient à garder le même rythme jusqu'au 3/4 de la course mais la fin est plus compliquée. En serrant les dents, il franchit la ligne d'arrivée en 2h41'38, à une quarantaine de secondes de son record, à la 502ème place (141ème M35).

Valence2019 MedaillesDu côté de Cyril E, il garde Cyril A en vue durant de nombreux kilomètres, mais un de ses muscles ischio-jambiers commence à le faire souffrir petit à petit. Il résiste mais à quelques centaines de mètres de l'arrivée, il doit s'arrêter... Il nous a dit que c'était pour se faire étirer par la jambe, mais les caméras, qui ne l'ont pas lâché durant de nombreuses minutes, l'ont trahi : il avait repérée une mignonne bénévole qui l'aide à repartir ! Il parvient à rejoindre l'arrivée en 2h49'29, à la 925ème place (234ème M35).

Le départ du marathon se trouvant sur un pont, Marc Maliar pensait pouvoir accéder à son sas du côté où les coureurs allait partir... Malheureusement, il est repoussé par la sécurité et doit faire le tour du pont. Quand il parvient du bon côté, son sas est déjà parti et prend le départ avec le sas suivant. Il remonte dans le classement au fur et à mesure de la course et termine en 3h02'53, 2664ème (140ème M50), nouveau record personnel.

C'est la progression du week-end ! Stéphane Bornat n'avait fait qu'un marathon jusqu'à maintenant, celui de Barcelone en début d'année. Après plusieurs mois d'entrainement et une préparation marathon sérieuse, il pouvait viser bien mieux que 3h20, sa précédente référence. Objectif largement atteint puisqu'il franchit la ligne d'arrivée en 3h05'13, 2932ème (442ème M45) ! La barre des 3h n'est pas loin.

Valence2019 LaurentLaurent Kedziora ne se sentait pas au top... La préparation ne l'a pas mis en confiance et on le sent même un peu désabusé. De plus, à fréquenter les kényans dans son hôtel, il a l'impression d'être un éléphant par rapport à ces machines ! Et pour couronner le tout, son fils s'est amusé à jeter ses chaussettes aux toilettes la veille de course. Mais même quand Laurent ne se sent pas au top, il produit des courses solides. Il prend la 3013ème place de la course (171ème M50) en 3h08'18.

Franck Meurisse, c'est toujours la force tranquille. Beaucoup de séances faites en partie seul, à cause de son travail, mais Franck n'a rien lâché. Même si Isabelle, sa femme, dit affectueusement qu'il perd 1 min à chaque marathon avec l'age, et que les faits lui ont donné une fois de plus raison, Franck réalise une belle performance avec un top 100 dans sa catégorie ! Il termine en 3h21'20 (5039ème, 96ème M55).

L'objectif d'Eric Leclercq était simple : battre son record, qui datait de plusieurs années, voir passer sous les 3h30. Il s'est donné les moyens pour cela avec une préparation sérieuse. Le record, il est bien tombé ! Eric prend la 8405ème place (1478ème M45) en 3h39'23, une belle progression. En récompense, il a eu le droit à une petite séance d'étirement par Philippe et Cyril E après la course, Cyril E qu'il récompensa par une petit bisou... C'est qu'il est affectueux, notre Eric !

Valence2019 BisouD'ailleurs, s'il y en a un qui a pu goûter à l'affection d'Eric, c'est bien José Fernandes Da Costa ! Compagnon de chambrée d'Eric pour cette expédition valencienne, José a presque été tenté d'émigrer dans la baignoire pour dormir. Mais cela n'a pas eu l'air de trop perturber sa course. Il franchit la ligne d'arrivée en 3h59'46 (13534ème, 1340ème M50), passant ainsi pour la première fois sous la barre des 4h. Et tout cela en poussant Céline (voir plus loin) jusqu'à l'arrivée... Un grand seigneur ce José !

Participer à son premier marathon est toujours un moment un peu angoissant. Surtout quand quelques pépins physiques sont venus entachés la préparation, comme cela a été le cas pour Pascal Carcopino et Elodie Guillou. Nos deux néophytes sur la distance ont débuté la course ensemble et, malgré la distance, la fatigue, les doutes, sont parvenus à l'arrivée après une course régulière menée comme de vieux briscards. Beaucoup d'émotions pour ceux qui viennent de rejoindre le clan des marathoniens ! Elodie est classée 15629ème (382ème W35) et Pascal 15630ème (1599ème M50), tous les deux en 4h10'48.

Le binôme Elodie-Pascal était en début de course un quatuor, avec en plus Samuel Caron et Philippe Thorel. Un peu plus aguerris sur la distance, Sam et Phil ont tempéré les ardeurs de nos débutants en début de course avant de les laisser prendre les devants. C'est aussi ça, l'esprit d'équipe ! Nos deux compères ont continué ensuite leur chemin, à leur rythme, et avec un temps de 4h18'45, ils battent tous les deux leur record personnel ! Phil prend la 16782ème place (717ème M55) et Sam la 16783ème (2891ème M45).

Les dernières semaines de Céline Hus Vilquin ont été difficile. Une bonne préparation a été stoppée nette par un problème de genou. Après un passage chez un spécialiste, elle avait l'autorisation de prendre part à la course malgré les douleurs. Ne pouvant se résoudre à rester en bord de route, elle s'est donc alignée au départ de la course. Si le début est assez régulier, la douleur devient de plus en plus présente. Animée d'une sacrée volonté, et aidée par José qui l'a rejoint en cours de route, elle s'accroche et parvient à franchir la ligne d'arrivée en 4h21'08, à la 16926ème place (539ème W40). Tu nous as tous impressionné !

Nous pouvons également noter le beau premier marathon de Rémi Gentilini, le mari de Florence. Avec un temps de 3h28'04, il finit 5870ème (1394ème M40).

Valence2019 Marathoniens Valence2019 Apero

Après ces longs moments d'effort, les premières émotions passées, retour aux différents hébergements. Si certains passent rapidement sous la douche, quelques uns préfèrent goûter de suite aux plaisirs houblonnés, qu'ils avaient abandonné depuis quelques temps afin de préparer au mieux ce marathon. Le débriefing de la course prend la reste de la journée, qui se conclue pour la majorité des coureurs par un bon burger (du gras, enfin !) et un dessert (du sucre, enfin !). Le lendemain de la course, la pluie s'abat sur Valence, rendant le retour dans le nord un peu moins difficile.

 

Un grand bravo à tous les marathoniens pour leur performance ! La préparation a été sérieuse et il n'y a eu aucune grosse contre-performance en course. Ces résultats sont évidemment aussi dus aux plans d’entraînement, un grand merci à Nicole qui nous préparé au mieux pour cette compétition. Ce fut dur mais cela a payé ! Encore merci à tous nos accompagnateurs et accompagnatrices, mais également à tous ceux qui nous ont encouragé à distance... Et ils furent nombreux !

Place maintenant à la récupération, tout en gardant dans un coin de la tête la fameuse question : "quel sera le prochain marathon ?"....

Résultats
Photos : Album 1 - Album 2
Vidéo de la course

Fédérations et partenaires

Athle59 LHDFA FFA2018 IAAF Valenciennes2016 Lynx EnduranceShop DLM